« La fourmi symbolise le travail, l’activité, la construction, la vie en société. Elle est prévoyante, besogneuse, appliquée et infatigable. Elle est aussi guerrière. »

L’idée de la Fourmilière a jailli de nos esprits au printemps 2013. Nous partageons le goût du « froid » : enquêtes, grands reportages, portraits… qu’importe, pourvu qu’ils traitent de nos sujets de prédilection : économie, social, environnement. L’économie parce que nous sommes passionnés par les processus de production, les rapports sociaux, et l’innovation. Le social, parce que nous ne saurions séparer l’économie des hommes et des femmes qui en sont le moteur. Environnemental, parce que ces trois pôles sont inextricablement enchevêtrés.

Pigistes nous sommes, pigistes nous voulons rester. D’abord parce que cela implique des avantages : la liberté de traiter de sujets qui nous plaisent, de travailler avec différentes rédactions tout en échappant à la vie de bureau, d’aménager notre temps comme cela nous convient… Ensuite parce que les perspectives d’embauche sont maigres et ne correspondent pas à nos aspirations.

Seulement voilà, la vie de mercenaire du journalisme a ses défauts. La solitude et l’isolement en sont les premiers. N’avoir personne à qui soumettre ses idées de sujets, ses doutes, ses déceptions face à un refus de synopsis ou pire, à une absence de réponse, ses joies lorsqu’elles sont acceptées. Mais aussi les problèmes administratifs dus à un statut « hors des cases ».

La synergie issue de cette aventure sert donc à mutualiser les contacts, les « plans piges » et les frais liés à la location d’un bureau. C’est aussi l’occasion de travailler en commun, notamment sur des enquêtes écrites ou sur sujets télévisuels, de type magazine ou documentaire, à notre initiative ou à celle de nos employeurs… qui sait peut-être vous ?

Pour nous contacter:  lafourmiliere.contact@gmail.com.

Ils nous font confiance

logos_la_fourmiliere